Le pays où les jours comptent triple (3) – La forêt amazonienne

 

On quitte pour quelques jours la cordillère pour  s’aventurer dans la jungle ::: En chemin, on découvre Baños, où l’on fera un plus long arrêt au retour ::: Tous nos grands déplacements se font en bus (en ville, c’est en taxi) ::: Le Bus en Amérique du Sud, c’est tout une histoire, c’est le moyen pour se déplacer avec famille, enfants et poulets (voire cochons) vivants (ou morts parfois) ::: C’est facile le bus, c’est 1 dollar pour une heure de trajet, le calcul est vite fait ::: Le chauffeur est un peu le seul maître à bord (après Dieu), il roule à plus de 100km/h, double par tous les côtés, met la musique et la télé en même temps ::: Les arrêts sont assez anarchiques, il n’est pas rares que des passagers sautent (presque) littéralement en vol ::: Des vendeurs à la sauvette profite d’un arrêt ou d’un feu rouge pour monter et nous proposer leurs marchandises (bonbons, boissons, chips, plats cuisinés) ::: C’est une expérience à vivre et certainement les moments où nous sommes vraiment en contact avec les Equatoriens et avec les Quechuas::: Entre Latacunga et Baños, on a adoré se retrouver sur la petite banquette privée du chauffeur, aux premières loges pour un trajet, disons, très sportif ::: 

 

IMG-20130820-00255IMG-20130820-00260

 

 

IMG-20130821-00271

Bus, colorés et tout confort, et sous la protection du Christ (quand ce n'est pas celle de la Vierge)

IMG-20130820-00259

En route, on croise des choses étonnantes comme ce chien-lion

Enfin, on arrive dans la jungle, près de Misahualli ::: A ce moment, du séjour, tout se complique, mon appareil photo nous lâche ::: On a l’air fin à prendre des photographies avec nos portables, la classe à la française (en même temps, nous, on n’a pas volé des petits pains et des jus de fruits à l’hôtel le matin, je dis ça, je dis rien mais je sais à quel couple de Français je pense, suivez mon regard) :::  Dans la jungle, changement de climat, changement d’altitude, changement d’ambiance, il fait chaud, il fait humide, je sors le bermuda et je range la polaire ::: On passe trois nuits au milieu du début de la périphérie de la jungle mais ça donne envie d’aller voir plus loin (idée de vacances à venir) ::: La nuit, on dirait qu’un cd de chez Nat*ure&Déc*ouvertes nous joue la sérénade de la jungle ::: Les sons viennent de partout mais on ne voit aucun animal (singes ? grenouilles ? oiseaux ? fourmis géantes ? etc…) ::: ça berce, on dort trop bien ::: Au petit matin, ah, si, enfin, on voit un animal, une belle bête même ! mais je n’ai pas le droit de mettre la photo de cette si belle araignée qui nous a souhaité bonne journée ::: Paulette, tu vois ma main ? bah, voilà, ça te donne une idée de la taille de la chose ::: Une belle expédition dans la jungle, ça monte, ça descend, on s’accroche aux lianes, on croise des araignées, des oiseaux et des papillons, sur une petite plage on passe voir des singles (qui adorent les chips), on fait une descente sur le Rio Napo en tubing  et en cul*otte (on m’avait pas dit, j’avais ma pris mon maillot du coup, oups) ::: Je me prends un peu pour Jane de la jungle, heureusement que personne ne m’a confié une machette ::: On mange des fourmis au goût de citron et on apprend à natter des feuilles de palmier ::: On découvre aussi le secret de la recette du chocolat équatorien (là, Marnie, on a beaucoup beaucoup pensé à toi) ::: On se repose, on se balade sur le Rio, on marche, on lit, on dort, on mange trop bien et on boit de la Chicha ::: On se prend une vraie pluie amazonienne, on est trempé jusqu’à l’os, vraiment jusqu’à l’os ::: Pendant notre séjour, on fait la connaissance une équipe de télé équatorienne en reportage sur le site, des petits jeunes tout sympas qui s’agitent autour d’un présentateur-vedette qui se croit, lui, jeune ::: On assiste aux enregistrements, on sert même de couple modèle et quand la caméra s’éteint, ça part toujours en vrille :::

CIMG4058IMG-20130817-00230

IMG-20130817-00220IMG-20130817-00219

IMG-20130817-00218

La jungle - Le Rio Napo

CIMG4059La vue depuis la chambre-cabane-moustiquaire-géante

IMG-20130817-00208IMG-20130817-00211

Des petits singes sur la plage (j'ai même pu en caresser un occupé à manger des chips)

 

Après la jungle, arrêt à Baños :::

IMG-20130819-00244

La route des Cascades entre Baños et Rio Verde

Entre des bains dans les eaux thermales, le volcan Tungurahua (toujours en activité), les chemins de randonnée (ça grimpe sec), l'église Notre-Dame et ses grandes peintures ex-voto, on ne s’ennuie pas ::: D'ailleurs, vous pouvez encore regarder un documentaire sur Baños et son volcan,  diffusé sur Arte cette semaine ::: On loue des vélos pour suivre la route des Cascades jusqu’à Rio Verde ::: Et on prend des tyroliennes pour passer d’une rive à une autre autour des gorges du Río Pastaza (rappel, j’ai toujours le vertige) ::: A Rio Verde, on admire la 8e merveille du monde (présentée ainsi) soit le Pailón del Diablo (le chaudron du diable) ::: C'est une énorme chute d'eau, je frise ::: Au retour, on triche, une camionnette nous prend avec les vélos pour regagner Baños ::: Car si ça descend à l’aller, ça monte beaucoup au retour ::: Après tous ces efforts, on mange du Cuy (je vous laisse vérifier sur goo*gle pour le sens et la prononciation) ::: Bof, bof, bof :::

Photo1027

Une famille Queschua visitant le Pailón del Diablo et se prenant en photo sous toutes les coutures

On reprend la route, direction Cuenca ::: La route est superbe, elle suit le tracé du chemin de fer qui, jadis, reliait Quito à Cuenca ::: Zut, à l’hôtel, on recroise notre couple de Français sans honte et sans reproche ::: La ville, à l’architecture coloniale, est sublime ::: Elle compte près de 10 marchés, deux cathédrales (dont une désacralisée) et plein de musées et d’églises (oui, je suis contente de retrouver un peu la civilisation) ::: On visite le musée archéologique de la Banque Centrale (installé sur des ruines incas, Pumapungo) où l'on admire des "tzanzas" (des têtes réduites) et le musée des Conceptas, installé dans ce qui fut l’infirmerie du Couvent des Madres Conceptas, construit au XIXe siècle :::

Photo1034Photo1038

La cathédrale de Cuenca - Vue de rue

Un autre bus nous attend pour Guayaquil ::: 

IMG-20130821-00281

La route au-dessus des nuages

IMG-20130821-00285

Plantation de bananiers

La route est encore et toujours sublime ::: D’abord la cordillère, les volcans, une végétation particulière, l’impression de rouler au-dessus des nuages puis des plaines où se succèdent les plantations de bananes et de cacao ::: D’ailleurs, c’est pour ça que le chocolat se marie si bien avec la banane, ils poussent côte-à-côte ! (blague qui ne fait rire que moi, je sais, le pauvre Gersois ne peut plus de l’entendre) ::: La température monte, l’humidité aussi (je frise donc) ::: Guayaquil, c’est un peu New York version méridionale ::: J’aime pas trop, trop de bruit, trop de buildings, trop de gens ::: Heureusement, on ne passe qu’une soirée sur le Malecón (avec un flic tous les 20m, sur 2,5km, faites le calcul) avant de partir le lendemain pour les Galápagos :::