la vie paisible

19 décembre 2014

:::666:::

La semaine de l'apothéose

Photo de Annabelle Martin-Martin.

Une semaine infernale ::: Du boulot par-dessus la tête ::: Mais de l'excitation jusqu'à plus soif ::: Des journées éreintantes et prenantes ::: Rapporter du travail à la maison ::: J'en suis la première surprise ::: Dans la course, perdre au passage un géographe qui avait pourtant toutes les cartes en main ::: Se retrouver backstage, comme à la grande époque ::: Et se gaver de dragi*bus (les musciens n'aiment pas ça, on le sait) ::: Flirter sous les décorations de Noêl de mon hall d'immeuble ::: Mon concierge est sous amphétamines ::: Dormir environ 5h par nuit ::: Et tenir sur une énergie qui vient de je ne sais où ::: Faudrait-il se mettre à la boxe pour calmer la bête qui gronde en moi ? ::: Entendre parler d'anorexie par un médecin ::: Non, Monsieur, je brûle, moi, je brûle ::: Ne pas avoir le temps d'aller chez le coiffeur, de trouver du papier cadeau, de passer l'aspirateur, de répondre à des mails ::: Avoir envie d'une grasse mat', de glander en pyjadoux, de lire loin de tout écran sous la couette ::: Quand le bruit de la pluie couvre en un instant tous les bruits de la capitale ::: Se préparer pour une orgie chocolatée suivie d'un dîner de maîtresse yoga ::: Mes amies se suivent mais ne se ressemblent surtout pas ::: Sous les dorures parfois "Vieille France", imposer mes jupes courtes et exprimer mes idées longues ::: Et y réussir ! ::: En une seule journée, jouer les déménageurs bretons, admirer et toucher du bout des doigts des oeuvres d'art complètement incroyables, traverser Paris en taxi, trouver le temps de déjeuner avec une copine, acheter un bijou aux enchères, faire de la compta en écoutant Sufjan Stevens, rédiger des notices et organiser la sortie du soir ::: Parce que je pensais vraiment que je serai au lit tôt pour une fois ? :::

Posté par _annabelle_ à 16:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 décembre 2014

:::665:::

 Sans ordre apparent

Vraiment, les ondes radiophoniques s'amusent de moi en ce moment ::: Un dimanche sous la couette (merci la grippe) et j'entends un amant, l'amant à la baignoire, causer dans le poste de son beau travail ::: Je souris en toussant ::: Un mercredi, depuis mon casque, l'amoureux des 17 ans parle encore dans le poste ::: Je tousse en souriant ::: Avec Mata Hari, nous avons livré notre rapport d'enquêtrices de choc (et de chic) ::: Un peu déçue par "Night Call" tandis que "Mr. Turner" m'a ravie ::: Turner, c'est le Paddington des grands en cette fin d'année ::: ça grogne tout autant ::: J'ai bien aimé "Men, Women and Children", c'est pessimiste mais pas tant que cela finalement ::: Et j'ai été amoureusement touchée par "God Help The Girl" ::: Une amie m'a posé une drôle de question à propos de photographies...quand ma simple vie rejoint son imagination débridée ::: Tous les jours, ou presque, recevoir des messages (et des photos) qui me retournent le corps comme un gant ::: Mon coeur attend son heure ::: Derrière de simples portes se cachent des appartements hallucinants, vive les lofts hispterisés bellevillois ::: Je dépense des sous au téléphone, le coeur battant, et je suis payée pour ça ::: Je fais un bien drôle de métier ::: Petit à petit, ma hotte de Noël se remplit ::: Mes billets sont achetés, il me tarde de préparer ma valise ::: Les Saint-Jacques rôties du lundi midi se sont donc imposées en toute simplicité comme un rituel pour bien commencer la semaine ::: J'apprécie, j'apprécie ::: Discuter avec une copine de lycée, pas vue depuis 1996, et avoir l'impression que c'était hier ou presque ::: Parce que cet été, elle m'a ouvert sa maison alors qu'elle ne connaissait de moi que ma tourmente,  je vais offrir refuge à son coeur aujourd'hui tourmenté ::: Je ne peux pas faire moins ::: Se trouver des points communs avec un ours prêt à monter me chercher du miel dans un arbre ::: J'attends mon petit pot avec gourmandise ::: J'attends aussi une deuxième partie de soirée avec impatience :::  La semaine va être chargée alors qu'il me faut rester zen pour l'affronter ::::

Posté par _annabelle_ à 23:47 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

04 décembre 2014

:::664:::

 Eudoxie

Etre en apnée depuis des jours maintenant ::: Incroyablement enrhumée et ridiculement débordée par la vie...c'est inintéressant au possible ::: Je prends mon mal en patience, Décembre sera le mois de l'hibernation ::: Réduire les déplacements au stricte minimum, aller à l'essentiel, se regarder les cicatrices  ::: Heureusement, il y a les "Dimanches-Truffaut" ::: Recevoir des excuses, encore et toujours des excuses ::: Jusqu'à quand ? ::: C'est ridicule cette manie de s'excuser après avoir foutu le bazard dans ma nos vies ::: Je n'excuse plus, plus personne et depuis bien longtemps ::: Coeur de Pierre ::: Ah quoi bon ? ::: J'assume cette dette de haine (déjà plus si violente) ::: Elle me porte, me donne de l'énergie ::: Et puis, elle s'éteindra tout seule, doucement ::: Je m'accorde ce droit :::

 

Posté par _annabelle_ à 12:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 novembre 2014

:::663:::

De l'art de la plomberie

Les Saint-Jacques sont restées en Normandie ::: Un oubli vite pardonné ::: Mes journées comptent encore double, voire triple ::: Mes nuits sont de plus en plus courtes ::: J'ai été très déçue par "Eden" ::: Pourtant je l'attendais ce film qui raconte la jeunesse d'un ami, ami du héros, le vrai ::: Au récit de Mia Hansen-Løve, je préfère celui plus habité de mon ami me racontant son adolescence parisienne de musicien parisien ::: Parfois mon manque de culture m'étonne, ou comment je me retrouve à discuter plomberie et chiffons avec une princesse, une vraie ::: Au moins, mon naturel me sauve ::: Une question à laquelle nous n'avons pas trouvé de réponse : sommes-nous toujours le snob de quelqu'un (et l'inverse) ? ::: Samedi, c'était un peu la soirée snob de l'année ::: Des invitations au Silencio pour la projection d' "Adalen 31" ::: Nous étions quatre dans la salle ::: Comme à la maison ::: Et pour être encore plus snob (ou rebelle), j'ai refusé de sortir la petite robe noire exigée ::: Mais j'avais fait ma manucure en rouge ::: Surtout, je me souviendrai de la scène sous le pommier et les pétales au vent ::: Au réveil, sur FranceInter, entendre la voix de l'amoureux de mes 17 ans ::: S'amuser des mêmes intonations prosodiques malgré le temps passé ::: S'amuser tout court ::: J'ai abandonné un quatrième coeur devant une bouche de métro ::: Même pas eu besoin d'enfiler la jolie robe ::: Maintenant, je fais la morte ::: Ah ! la jolie technique de la fille qui n'assume pas ! ::: Dire "Bonjour Madame Château Margaux, j'ai une petite question" ::: Le réveillon sera délicieux avec cette bouteuille de 1996 pour marquer le passage d'une vie à une autre ::: Aujourd'hui, 30 novembre, c'est l'anniversaire des 6 ans ::: Aujourd'hui, 30 novembre, à la lumière de l'été, je comprends qu'il y a un an, jour pour jour, les dés étaient jetés ::: Aujourd'hui, 30 novembre, c'est le temps des possibles ::: Le champ des possibles ::: Il paraît que ça rend "méga sexy" ::: En attendant, je dîne jap avec Jacky Berroyer, ou presque ::: Et je joue les touristes dans ma propre ville en dormant au Mama Shelter :::

 

 

Posté par _annabelle_ à 08:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

17 novembre 2014

:::662:::

Marguerite d'Autriche

Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas  ::: Ces décorations de Noël qui apparaissent à tous les coins de rue depuis 15 jours déjà, ça me fout le cafard, pas vous ? ::: Un homme m'a cuisiné des Saint-Jacques alors que c'est le coeur d'un homard que j'avais envie de mettre dans mes filets ::: Finalement, j'ai piétiné le coeur d'un deuxième et embrassé celui d'un troisième ::: Promis, c'est la dernière fois ::: Ou pas ::: Auprès de Mata Hari (la vraie, si, si), je me suis prise pour une espionne ::: Une espionne qui va se faire pièger par le plus sexy de tous les psy ::: Ironie de la vie ::: Au Fumoir, bientôt, il y aura un cocktail à mon nom ::: Je le veux ! ::: J'ai parcouru Paris à la recherche d'une petite robe ravissante ::: Maintenant il me faut une ravissante occasion pour la porter ::: Un quatrième coeur peut-être ?  ::: Ecoutez cette magnifique version de "Don't give up", c'est cadeau en ce début de semaine :::

 

Posté par _annabelle_ à 09:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]



09 novembre 2014

:::661:::

De choses et d'autres

Je suis allée au Louvre voir l'exposition "Le Maroc Médiéval" ::: Je n'ai rien compris, je suis bonne pour y retourner ::: Seule ::: On a trop parlé chiens et chats ::: Je suis allée danser sur le bar d'un bar ::: En bonne compagnie ::: Il faut danser plus souvent, à en perdre la tête ::: Je suis allée à un vernissage-concert célébré au champagne et c'est le RedB*ll qui m'a rendue malade ::: J'ai déjeuné sous le soleil au Palais-Royal ::: Comme à la belle époque ::: Une nouvelle belle époque serait-elle en train de s'offrir à moi ? ::: Mon réveil a sonné à 7h30, dur, dur ::: Mais la traversée de Paris à pied à cette heure faussement matinale m'a fait et me fait le plus grand bien ::: On m'a offert un Saint-Honoré monumental, tellement qu'il a été impossible de le finir ::: Une honte ::: J'ai fait des cartons, pour le déménagement d'un autre ::: Je regarde mon propre déménagement autrement, d'un coup ::: J'ai suivi une Envolée d'oies sauvages chez Toraya ::: On m'a dit que j'étais une "femme de caractère" ::: Par certaine que cela soit un compliment, en vrai ::: Parfois, il faut refuser certaines invitations (note pour moi-même) et rester au chaud, chez soi ::: En revanche, il faut que j'instaure une virée mensuelle au Fumoir, j'avais oublié le goût du Mona Lisa ::: Une honte (d'avoir oublié) ::: Je suis toute excitée par ma semaine à venir, et vous ? :::

 

Posté par _annabelle_ à 20:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 novembre 2014

:::660:::

Rain

Hier, il pleuvait fort sur Paris ::: Pendant ce temps-là, malgré grâce à Rain, il faisait beau et chaud sous le plafond peint par Chagall ::: Premier ballet de Anne Teresa de Keersmaeker pour moi ::: En ce moment, je suis dans une période "plein de premières - nouvelles - fois" ::: Est-ce que Dries Van Noten pourrait me faire une petite robe légère, toute légère, juste pour moi ? ::: Une robe qui change de couleurs en fonction des humeurs ::: Des humeurs de la vie ::: Avec Steve Reich comme bande-son, ça devrait être bien ::: Bon, comment vous dire que j'ai fortement apprécié ? ::: Et visiblement, je ne suis pas la seule...

 

Posté par _annabelle_ à 12:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

02 novembre 2014

:::659:::

La découverte du week-end

 (et le week-end fut très chargé en découvertes)

 Simon #1 

Simon #2

::: Le pire du pire, c'est qu'en vrai, Simon est tellement plus Simon que Simon :::

 

 

Posté par _annabelle_ à 19:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 octobre 2014

:::658:::

De bonnes adresses

Qui dit nouveau quartier, dit nouvelles cantines ::: Voici quelques adreses testées et approuvées :::

Caillebotte, 8 rue Hippolyte Lebas, 9e ::: Testé il y a quelques mois, dans une autre vie, maintenant je passe devant tous les jours ou presque...et j'ai très très envie d'y retourner ! :::

 

Le Bébé, 8 rue Pierre Semard, 9e ::: Testés deux fois, à chaque fois en très bonne compagnie ::: Les portions sont copieuses mais surtout, surtout, l'accueil est excellent ::: Le patron paie sa tournée à ceux qui flirtent :::

Floquifil, 17 rue de Montyon, 9e :::  Testés plusieurs fois aussi ::: Une belle carte de vin (c'est la moindre des choses pour une cave à vins) ::: Bon accueil et déco charmante (à savoir : comme j'aime) :::

 

Cul de Poule, 53 rue des Martyrs, 9e ::: Bobo ++, mais c'est bon :::

 

Little Fernand, 45 rue du fbg Poissonnière, 9e ::: Où les hot-dogs sont calibrés sur les serveurs, ça laisse songeur :::

A la limite de l'arrondissement, deux autres adresses à citer car très très bonnes :::

A Noste, 6 rue du Quatre-Septembre, 2e ::: C'est bon, c'est très bon ::: Je pense encore aux chipirons frits au piment d’Espelette avec émotion(s) ::: Madame S., on y retourne quand tu veux ! :::

Le Sâotico, 96 rue de Richelieu, 2e ::: On a des rendez-vous professionnels où l'on peut ::: Et là, j'aimerais bien y retourner et que cela devienne ma cantine de boulot ! :::

Maintenant, j'ai très envie de tester le Professore et deux autres restaurants situés dans ma rue (secrète) :::

 

 

Posté par _annabelle_ à 19:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

26 octobre 2014

:::657:::

La maladie imaginaire

C'est une maladie qui est entrée dans ma vie, un dimanche soir, entre une planche à repasser et un sourire ::: Les premiers mois, elle se fait discète, plutôt pleine d'entrain ::: Le Docteur Irma prédit "Dans 3 mois, vous serez guérie !" ::: Une petite voix en moi me dit de prendre un deuxième avis ::: Des examens et un diagnostique tombe ::: Le Docteur Blanche Neige dit "hum, hum...ça va être plus compliqué que prévu" ::: D'autres résultats tombent ::: "Hum, hum...ça va être encore plus compliqué que prévu" ::: D'examens en examens, ma pudeur physique en prend un coup ::: Dans ma tête, je deviens honteuse de cette maladie imaginaire quand j'entends "tu y penses trop, relaxe-toi !" ::: Moi qui déteste les piqûres ::: Je découvre tout ce que la médecine est capable d'inventer comme examens intrusifs et douloureux ::: Physiquement et moralement ::: Le tout en gardant le sourire, car qui veut entendre parler de la maladie imaginaire ? ::: Et puis, c'est pas mortel (heureusement) ::: Au passage, je perds des amies, au passage j'en découvre d'autres, d'une présence à toute épreuve ::: Il y a des moments de solitude, je me regarde alors faire des choses qui dépassent mon entendement, je me dédouble afin de les dépasser, de les sublimer ? ::: Et puis, un jour, il y a une douleur sourde qui se réveille ::: Ma petite voix me dit d'aller voir ailleurs, encore une fois ::: Un troisième diagnostique tombe (après de nouveaux examens pas encore expérimentés jusqu'alors) deux ans après le premier ::: Le Docteur Zorba me dit "On vous opére, le plus vite possible, enfin, vous passez après les cancéreux, dans trois mois peut-être" ::: Je suis prête à laisser ma place ::: Trois semaines après, je passe sur le billot ::: Le Docteur Zorba m'engueule, face à ce qu'elle a trouvé là-dedans, la douleur aurait dû me plier en deux ::: Aujourd'hui, j'ai un second nombril, je suis guérie mais le mal est fait, je serai toujours victime de la maladie imaginaire :::

Posté par _annabelle_ à 09:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]



Fin »